Voyage en train

la nuit tombante, et mon visa en poche je rejoignais Bouba (mon beau frère) à la gare, se joignait à nous rapidement Marion sa femme et ma cousine. Tous les 3 nous partions pour le Nord a la rencontre de la famille du marié.
Mais je veux ici vous raconter cette aventure humaine et technique qu’est le voyage en train.

Sur la ligne Yaoundé Ngaoundéré il n’y a qu’un train par jour et il part à 19h. Première découverte en arrivant à la gare de la capitale du Cameroun c’est qu’il n’y a que deux voies, la gare est plus petite que celle d’Alès (45 000 habitants).

Deuxième découverte, le train part à 19h et non plus 18h comme précédemment pour la simple raison que cela laisse le temps aux musulmans de vivre la dernière prière sur le quai avant de partir, et ainsi éviter que certains soient obligés de courir avec leur natte après le train. Ou quand la laicité permet à chacun de vivre pleinement sa foi.

Troisième découverte il n’y a pas d’heure d’arrivée sur le billet, et donc pas de retard possible.

Problèmes de train

Sachant qu’un train rempli de passagers part de yaoundé direction le nord et roule à une vitesse non constante, qu’au même moment un train part de Ngaoundéré direction le sud que le vent souffle et qu’il y a une dizaine de gares sur le parcours où se croiseront les trains ?

Forcément à la gare de polo car c’est le seul endroit sur la ligne ou l’on trouve deux voies, tout le reste du trajet il n’y a qu’une voie, donc cette gare à mi parcours et le lieu obligatoire de croisement des trains avant que chacun reprenne sa course en avant. Il est ainsi possible d’attendre plus d’une demie heure si un train est allé plus vite que l’autre.

Sachant que le wagon bar n’est pas bien annoncé, comment est il possible de se restaurer dans le train sachant que nous n’avons rien prévu à manger ni à boire. ??

Trois réponses : tout d’abord il y a des vendeurs à bord du train qui proposent des biscuits à boire et des brioches, ensuite il y a les vendeurs de gare, des enfants qui profitent de la venue du train pour vendre des bananes, des batons de manioc, des mets de pistache, des avocats, des poissons, du piment, des œufs (je ne parlerai pas ici de ma réflexion sur la pertinence pour des jeunes enfants d’attendre le milieu de la nuit pour vendre leur production),

et enfin la troisième réponse c’est le partage, ceux qui ont prévu de quoi manger, ouvre leurs sacs et proposent de goûter, de manger leur part en toute simplicité. C’est comme ça que sur la table c’est trouvé un met de pistache « l’original » fait par la femme de l’offrant mais aussi du soya (viande grillée) ou une omelette partagée dans un pain.

Nous avons aussi profité du trajet pour se rendre compte que notre voisin était un camarade de classe d’une des sœurs de Bouba et qu’ils avaient des connaissances en commun forcément, et de refaire un peu le monde.

Cela a permis de passer le temps car même de nuit 17h (19h-12h) de train c’est un peu long quand on est juste assis.
Oui il y a des premières et des wagons lits, mais c’était tellement chouette de vivre cet instant au milieu des gens, du peuple, de partager repas, discussions et même film pendant ce voyage.

Partagez !Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

8 Commentaires

  1. trop bien bisous à tous jonathan marion et son mari

  2. Merci pour ce morceau de news ! et bon courage pour le retour au boulot ! bonne ocasion de partager une belle expérience …

    1. sûr, il va falloir reprendre le rythme, et reposer le cadre, c’est chouette

  3. et voici le fidèle « lu », qui ne se lasse jamais de tes articles et du voyage que tu nous fait vivre avec tes récits
    bye Ingrid

    1. merci ma lectrice fétiche et assidue, j’espère que tu continueras à voyager longtemps

  4. J’imagine tout a fait ce voyage. Cela me rappelle des souvenirs du Sénégal, màis il y a 30 ans ! Tu vis vraiment des moments de partage et de fraternité. Bon voyage pour le retour. Bises

    1. je pense que les trains sont un peu plus confortable qu’il y a trente ans, mais la chaleur humaine est toujours là

Laisser un commentaire

Merci de compléter le CAPTCHA *